02/04/2020

Alexis Tsipras : « L’intransigeance de certains dirigeants pourrait être fatale à l’Union européenne »

VOS MEILLEURES INFOS! Dans une tribune au « Monde », l’ancien premier ministre grec observe que les mécanismes qui avaient mis son pays à l’index sont de nouveau à l’œuvre dans la crise actuelle, plusieurs chefs d’Etat ne voulant pas envisager une « mutualisation de la dette ».

from Économie : Toute l’actualité sur Le Monde.fr. https://ift.tt/3aE4R31
MERCI

« Nous appelons la Commission européenne à créer un fonds corona pour aider les Etats membres »

VOS MEILLEURES INFOS! Dans un appel publié par « Die Zeit » et « Le Monde », douze personnalités allemandes, parmi lesquelles le politique Joschka Fischer et le philosophe Jürgen Habermas, demandent la création d’un « fonds corona » européen pour aider les pays les plus touchés et les plus fragiles.

from Économie : Toute l’actualité sur Le Monde.fr. https://ift.tt/2WX8cX0
MERCI

Médicaments pour soigner le Covid-19: des hôpitaux au bord de la pénurie

VOS MEILLEURES INFOS!

Source : Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint, pour Mediapart, le 27/03/2020.

Les médicaments anesthésiques, qui permettent de placer sous respirateur artificiel les malades Covid-19, sont en tension en Île-de-France. Le corps médical tente de rationner leur utilisation. D’autres médicaments essentiels pour faire face à l’épidémie pourraient très vite venir à manquer.

Les hôpitaux franciliens sont lancés dans une course folle pour ouvrir, dans les 48 heures, mille nouveaux lits de réanimation, et porter leur nombre à deux mille en tout. Mais les patients Covid dans un état critique ont d’autres besoins essentiels qui pourraient venir à manquer : les médicaments. Selon le point de situation du ministère de l’intérieur du 25 mars, que nous nous sommes procuré, « les hôpitaux civils n’ont qu’une semaine d’approvisionnement, tandis que les hôpitaux militaires n’ont plus que 2,5 jours de stock, contre quinze jours en temps normal ». Le point de situation de l’Agence régionale de santé, au 26 mars, évoque même une « rupture en fin de semaine » de curare, ces anesthésiques essentiels.

Sans entrer dans le détail des chiffres, lors d’un point presse de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) ce 27 mars, le directeur général Martin Hirsch a aussi reconnu que « les stocks sont très courts sur certains médicaments ». Son adjoint, François Crémieux les a énumérés : « Les produits en forte tension sont les curares, les hypnotiques, les corticoïdes et les antibiotiques. »

Lire la suite



from Les-Crises.fr https://ift.tt/3dN1kBv
MERCI !

Coronavirus – Journal d’un Français en Italie – Par Nicolas Minec

VOS MEILLEURES INFOS!

Source : Les crises, Nicolas Minec, 15-03-2020

Habitant dans le nord de l’Italie, je suivais en janvier, de loin, cette épidémie naissante, loin de chez moi, en Chine, en espérant que comme l’épidémie de SRAS de 2003, elle disparaîtrait avant devenir une véritable menace. Le 23 janvier, alors que l’épidémie n’a encore fait que 17 morts, la Chine mets en quarantaine des millions d’habitants pour enrayer la contagion. Le 30 janvier, pourtant, la situation est déjà plus grave, et en rentrant d’un bref séjour en Russie, je porte un dérisoire masque chirurgical lors de mon vol de retour d’un bref séjour en Russie, comme des dizaines d’autres passagers : c’est un vol emprunté par de nombreux Chinois, résidents en Italie, comme touristes. L’inquiétude a commencé à s’installer. Le lendemain 31 janvier, on apprend qu’un couple de Chinois arrivés le 23 janvier à Milan a été testé positif au Covid-19 à Rome. Mon inquiétude de la veille était donc un peu justifiée.
Le 14 février, de passage à l’hôpital local (en Émilie-Romagne, au sud de la Lombardie), j’ai pu constaté qu’il n’y avait encore aucune mesure particulière par rapport à cette menace grandissante. Le même jour, à moins de 2 heures de route de là, un Italien dont un ami était récemment rentré de Chine se rend chez son médecin, puis le 16 février à l’hôpital de Codogno (à mi-chemin entre Milan et Parme). Il n’y a encore aucune précaution particulière, et son passage à l’hôpital déclenche un important foyer de contagion, que l’on découvre quelque jours plus tard. Très vite, le nombre de cas augmente. Le 23 février, il y a ainsi déjà 150 cas en Italie, et les écoles et universités de 3 régions particulièrement touchées (Lombardie, Vénéto et Émilie-Romagne) sont officiellement fermées par décrets. Le décret concernant ma région, où 9 personnes ont été testées positives ferme non seulement (jusqu’au 30 février, quel optimisme !) les écoles et universités, mais aussi les musées, et suspend les manifestations et autres événements de nature ludique, sportive et culture qui provoquent des attroupements. Le même décret ordonne également la désinfection quotidienne de tous les transports publics de la région. Le même jour, les 50000 habitants environ de 11 communes particulièrement touchées de Lombardie et du Vénéto ont été placées en quarantaine.

Avec un nombre de malade alors encore très faible, cet ensemble de mesures semblait radical et à même d’étouffer cette épidémie dans l’œuf, pensions nous. Nous savons maintenant que c’était beaucoup trop peu, et trop tard. Dans les jours suivants, la vie a suivi son cours presque normal, dans l’incertitude et un peu de confusion. Ainsi, la piscine locale, qui a fermé le 23, a annoncé sa réouverture le 27, et un peu partout les ouvertures et fermetures d’établissements se faisait sans cohérence apparente. Quelques changements commençaient à légèrement modifier notre vie quotidienne : il n’était déjà plus possible de passer commander au supermarché local pour une livraison le lendemain, il y avait déjà une semaine d’attente.

Le 28, de nouveau de passage à l’hôpital, je constate des mesures un peu renforcées, avec un triage des personnes ayant des symptômes respiratoires, et le personnel portant des masques. Durant cette dernière semaine de février, je suis avec une inquiétude croissante l’évolution du nombre officiels de contaminés. Pas parce qu’il augmente vite, mais parce qu’il augmente trop lentement : il y a clairement un nombre de plus en plus important de contaminés qui se promènent en Italie sans se savoir contaminés, et cela constitue une menace croissante.

Lire la suite



from Les-Crises.fr https://ift.tt/342CysB
MERCI !

Covid-19 : le retour de l’Etat-providence ? Par Gaël Giraud

VOS MEILLEURES INFOS!

Source : Libération, Gaël Giraud, 26-03-2020

La pandémie montre les faiblesses du modèle économique libéral et individualiste, et rappelle la nécessité d’un Etat ramené à sa mission première : la survie de chacun.

Tribune. Le confinement partiel de l’Europe a ressuscité l’idée que le capitalisme est décidément un système bien fragile et que l’Etat-providence est de retour.

De fait, la faille de notre système économique que révèle la tragédie du coronavirus est malheureusement simple : si une personne infectée est capable d’en contaminer plusieurs autres en quelques jours et si le mal possède une létalité significative, comme c’est le cas du Covid-19, aucun système de production économique ne peut survivre sans un puissant service public. En effet, les salariés au bas de l’échelle sociale contamineront tôt ou tard leurs voisins, et le patron ou le ministre lui-même finira par contracter le virus. Impossible d’entretenir la fiction anthropologique de l’individualisme véhiculée par l’économie néolibérale et les politiques de démantèlement du service public qui l’ont accompagnée depuis quarante ans : l’externalité négative induite par le virus défie radicalement l’imaginaire de la start-up nation façonnée par le volontarisme d’auto-entrepreneurs atomisés.

La santé de chacun dépend de la santé de tous. Nous sommes tous des êtres de relations interdépendants. Bien sûr, certains peuvent espérer que leurs privilèges leur faciliteront l’accès à des services hospitaliers privés si le pire devait leur arriver. Mais ceux-ci ont été réquisitionnés en Espagne et devraient l’être partout ailleurs. Ce serait, en tout cas, un pari personnel bien risqué de la part des «premiers de cordée» que de construire un système économique sur un tel risque. Car cette pandémie n’est nullement la dernière, le Big One qui ne reviendra plus avant un siècle, au contrair e: le réchauffement climatique promet la multiplication des pandémies tropicales, comme le rappellent depuis des années la Banque mondiale et le Giec.

Lire la suite



from Les-Crises.fr https://ift.tt/3aCIdIm
MERCI !

Coronavirus, la République tchèque a donc saisi des milliers de masques envoyés par la Chine à l’Italie – Par Andrea Tarquini

VOS MEILLEURES INFOS!

Source : La Repubblica, Andrea Tarquini, 21-03-2020

Un sujet soulevé par le GR1 grâce au travail du chercheur tchèque Lukas Lev Cervink

Un cas très grave de manque de solidarité de l’Union européenne dans la crise du Coronavirus, de la part de la République tchèque au détriment de l’Italie. Le GR1 l’a dénoncé : ce n’est que grâce à la révélation des mensonges officiels et aux informations fournies par un chercheur tchèque honnête et courageux, Lukas Lev Cervinka, que l’on a appris que les autorités locales avaient arbitrairement saisi un énorme chargement de 680 000 masques et de milliers de respirateurs, que la République populaire avait envoyé à notre pays pour nous aider.

Les faits, dit Lukas Lev Cervinka au téléphone, confirmant totalement les nouvelles données par Gr1, se sont déroulés comme suit. Mardi, les autorités tchèques se sont vantées d’un grand succès dans la lutte contre ceux qui spéculent sur le prix des masques et autres équipements médicaux nécessaires pour arrêter la pandémie. « La version officielle, dans les premiers communiqués, disait au début qu’il s’agissait de masques et de respirateurs confisqués, parlant de matériel volé à des sociétés tchèques par des criminels sans scrupules qui voulaient le vendre à un prix plus élevé sur le marché international, défiant les limites strictes des exportations médicales imposées en République tchèque, comme ailleurs, par cette crise ». Mais ensuite, des photos et des films montrés par Cervinka et les ONG démocratiques et pro-européennes sont apparus, ce qui a permis de mettre en évidence la triste vérité. À bord de camions de police, il y avait des boîtes avec des drapeaux chinois et italiens, et des inscriptions en italien et en mandarin, grâce auxquelles les autorités de Pékin lançaient des salutations, des encouragements et exprimaient leur désir d’aider l’Italie.

« Le ministère tchèque de la santé a été contacté », poursuit Lukas Lev Cervinka, « et a persisté dans la version officielle, répétant le mensonge de la saisie de matériel destiné à une vente illégale. Tous les médias ont ensuite diffusé l’histoire, mais la vérité a été découverte, et les étiquettes sur les boîtes envoyées de Pékin étaient clairement visibles : aide humanitaire chinoise pour l’Italie. Pourtant, il a fallu trois jours au gouvernement tchèque pour dire, pas officiellement, mais seulement par des tweets du ministère de l’Intérieur, qui a admis qu’au moins une partie, je cite les tweets, l’envoi venait en fait de la République populaire et était destiné à votre pays en tant qu’aide humanitaire. Ajoutant en termes généraux que l’Italie n’avait rien perdu ».

Lire la suite



from Les-Crises.fr https://ift.tt/2wUEkQn
MERCI !

Coronavirus : la chaîne de l’immobilier gravement grippée par la pandémie

VOS MEILLEURES INFOS! La profession a obtenu gain de cause sur le chômage partiel et accepte de relancer les chantiers, mais à condition que les règles sanitaires soient respectées et les prix, rediscutés.

from Économie : Toute l’actualité sur Le Monde.fr. https://ift.tt/3bJ6yw7
MERCI